Archive for 2018

[Previous message][Next message][Back to index]

[ecrea] CFP The creative contagion. Media, industries, storytelling, communities

Mon Mar 12 15:09:24 GMT 2018

*Call for papers*


*International Conference*


*The creative contagion.*

*Media, industries, storytelling, communities*


*October 17-19, 2018*

*Panteion University, Athens (Greece)*

Following the research in the field of cognitive anthropology, which considers that the brain is predisposed to accept certain ideas more than others, and thus to facilitate their contagion (Sterber, 1996), it seems that our institutions are well predisposed to appropriate the idea of creativity. Indeed, the notion of creativity has become, since the late 1990s, one of the key words of public policies and business strategies, and continues to spread. However, its implementation modalities often remain confusing and equivocal.

The main objective of this conference is to question, in a critical and international perspective, the dissemination of this rhetoric, the political issues and socio-economic models concerned and emerging in distinct fields: cultural industries, creative industries, but also in other industrial sectors, public institutions and associations.

The dynamics of change induced by digital technologies as well as the success of cultural industries’ models are at the origin of the injunctions for creativity in productive sectors beyond the strictly defined “cultural field” (Bouquillion, 2010). Thus, the reference to creativity, carrying many promises has infiltrated many working worlds: beyond the worlds of art, cultural and creative industries, it is increasingly present also in the field of media and other industrial sectors (Régimbeau, 2014). Creativity, most often associated with the world of culture, artistic works, talent and virtuosity, is no longer just the preserve of artists. New fields of predilection for creativity, would then constitute these industries of symbolic goods that would become the model to follow in order to innovate and access new markets (Bouquillion, Miège, Mœglin, 2013). However, the equivalence between cultural industries and creative industries is artificial and deserves clarification (Bouquillion, 2012). Creativity and innovation are solicited, coveted, demanded in contexts, trades and sectors of heterogeneous activities, from start-ups to large industrial companies, to public administration, cultural and associative worlds. Injunctions to creativity, however, harbor deep tensions in organizations and induce transformations in work, content and forms (Andonova et al., 2014). In this context, the aim is to shed light on the different forms of creativity in an expanded range of professional activities from the cultural and creative industries, and other areas studied in organizational communication. From then on, it is a question of identifying vivid questions that arise from the omnipresence of the creative reference in the workplace.

The creative dimension can arise in any work, yet we may ask ourselves what is it like to be creative in the worlds of culture, art and media (old and new) of businesses and institutions?

How can we define, characterize, observe and analyze this creative part of each activity? Does it contribute to /the/ /hypermodern and trans-aesthetic society/ (Lipovetsky, Serroy, 2013) dominated by imperatives of performance, urgency and aesthetic? Would this ‘creative contagion’ be a response to the "deconstruction of the world of work" (Boltanski, Chiapello, 1999) undertaken in the 1970s?

It is, indeed, this type of questioning that our conference wishes to examine, considering the notion of creation and that of creativity at the work field under a new prism, that of the close association of these two notions with contemporary imperatives in different areas of the productive, private and public sphere.

One of our hypotheses being that the notion of creativity as it is used and practiced today seems to offer a soothing answer to the postmodern citizen. It solves the "double bind" for individuals in postmodern Western societies by implying the compatibility of incompatibles, that is, creativity despite constraints, as well as practicing permanent shifts between the two. Through this conference, we want to question this main hypothesis in different environments.

Thus, a series of questions follows: with the arrival of digital tools, what are the evolutions of forms of creativity at the workplace? What kind of creative models are needed today? How can we give (or maintain) to work its creative dimension? How is the creative part of the work evaluated, recognized and rewarded in and out of the cultural field? On what mechanisms is creative contagion based? In what ways digital innovations transform the creative dimension of work? What kind of media representations of the world are generated by the use of creativity?

Five major themes are proposed, indicatively, to question the problematic of the conference.

*1 / The discourse on creativity*

This line of research aims at understanding the rhetoric(s) of creativity.

Is the notion of creativity accompanied by a particular esthetic? To speak about creativity entails to come to terms with the circulation of this notion, since there are different values, in different public spaces that influence the elaboration of the term. Which are the media spaces where these discourses are elaborated? How are they developed and to whom they refer to? How are they spreading? Which are the main obstacles associated with creativity?

For example, the emergence of a creative culture in time of crisis (economic, social, political or ecological) could be a great chance for a project to go ahead.Is this true? Do we conceptualize creativity the same way in diverse sectors? Can we compare Adida's slogan "/Here to create/" to Sony's range of camera lenses one "/Sony puts creativity in your hands/", or to the one issued by communities to promote a "/creative district/"?

*2 / The status and figure of the "creative" agent*

The creative skills and competences (authenticity, originality, freedom, improvisation, imagination) hitherto reserved for artists, are now associated with professionals from very different sectors of activity: communicators, architects, company executives, R & D researchers, journalists, computer scientists, etc. "Talent management" in business, HR technique in vogue, strongly reminds the rating of talent in the artistic field. On the other hand, new ways of organizing work through digital platforms and applications call for the mobilization of a "creative user": what is expected of him? Is he a consumer, customer, employee or author? How does the very act of consuming, using services and / or products take on a creative dimension?

*3 / Staging the work activity and creative marketing*

The creation of original and interactive content (videos, tutorials, blogs, web-series, etc.) profoundly transforms the way companies communicate. Indeed, the demands of consumers lead to revising marketing strategies to differentiate, rebuild trust, capture attention, etc., whether it's storytelling, branding, and more recently inbound marketing (Oliveri et al., 2017). In this respect, the aim is to create / produce media content that informs the products and their uses in order to capture the attention of the consumer. All these marketing tools are included in the managerial practices, as can be seen in the process of making look some employees as charismatic (see, for instance, the designers of Ikea), and especially business leaders. But also the use of the social web by the organizations appears as a major opportunity for the establishment of new forms of links with the consumers, and leads to an imperative of valorization of the company which is propagated to all the staff (Jammet, 2017). The valorization and the staging of products and organizations call upon creative methods that deserve to be questioned in a critical perspective.

*4 / Plurality of mediations and creativity*

The continuous diffusion of digital technologies has contributed to new ways of interaction, supported by the emergence of new media. The implicated actors are no longer restricted to media professionals, but expanded to all those who are involved into the communication process, by producing, translating, spreading, consuming knowledge, etc. If the tools and forms of mediations are evolved and multiplied, then the mediation activity should follow the same sweeping movement.

Therefore, creativity is widely used to develop new ways of capturing attention and even valuing that attention (Citton, 2014). For example, it can be used to design new services /via/ intermediate platforms, or even more, to format all the metrics and data produced by the traces left on the digital spaces (narration of the data).

The question that occurs is how activities and trade are evolved within the traditional media field? And beyond that, who are those new actors who invest in media activities in order to strengthen their existence in this new digital public space. What are they doing? Finally, can we confirm the hypothesis about an ongoing and increasingly complex interactivity between traditional media and new media?

*5 / Creativity, storytelling and the media*

The gradual development of a transmedia culture questions the articulations between factual narrative, reality, truth, play. What are the articulations that one could observe and conceptualize between intermedial narration of the world and promise of authenticity? Keeping in mind that, the blurring of the boundaries between truth / fiction / imaginary (Iser, 1993) has always existed, the injunction to participation, would rather erase the boundaries between producers and users, in favor of a more contested and more playful world apprehension? In the context of multiple levels of transmedia and/or synergistic storytelling (Jenkins, 2006) on various media platforms (old and new) what are the modalities of sense making?

The increasing level of daily intermedial practices shows that the world "as it is" is inextricably linked to the media world, forming a public sphere with various layers of intelligibility and this for any media /genre/: authentic, playful or fictitious. What new issues of intelligibility of the world do they appear in relation to a ‘creative’ storytelling using digital technologies?

The international conference *“The Creative Contagion. Media, industries, storytelling, communities”* is a continuation of the reflections carried out for several years on the theme of injunctions to creativity, since they are no longer reserved for the cultural and creative industries, but increasingly contaminate other traditional sectors. It is the fourth scientific event, organized as part of the CREA2S international “Creative Shift Studies” network on the creative turn:, after that of Montreal (Canada) in 2014, Nantes (France) in 2015 and Varna (Bulgaria) in 2017. Our objective is to continue the development of this international network and to deepen the scientific questions previously discussed. In addition, it involves questioning the "creative contagion" by specifying the analysis of the creative reference, on the one hand, to the media activities and, on the other hand, to the context of crisis (economic, political, social, ecological) which the European countries in particular are currently facing.

*Submission process**:*

Abstracts must be submitted electronically *no later than May 7^th , 2018* by using the following addresses:

(vovou /at/ <mailto:(vovou /at/> et (anne-france.kogan /at/ <mailto:(anne-france.kogan /at/>


The subject line of the email should be entitled: */"Athens Symposium Proposal 2018"/*

All abstracts will be peer reviewed, so the submitted abstract should be prepared for blind review.

Abstracts must be written in French or in English and they must include the following elements:

*First page :*

·Title of the communication

·abstract (15 lines maximum), 12 pt. Times New Roman font, single spaced

·5 key – words

·surname and first name of the author (s), institutional affiliation, telephone number, e-mail


*Following pages (anonymous) :*

  * The text of the proposal (excluding the references) must range from
    6000 to 8000 characters, including spaces, in Times New Roman,
    character 12, single spacing. It must clearly describe: the subject
    of the proposal and its adequacy with the main objective of the
    conference, the problematic, the theoretical and methodological
    frameworks used, the chosen field and the main results of the research.

·Bibliography -References


Deadline for abstracts submission


May 7th, 2018

Notification of decision for papers submitted by conference scientific committee


June 22th, 2018

Final conference program


September 2018



October 17-19, 2018


*Steering Committee:*

Ioanna VOVOU, CEISME, Panteion University, Athens

Yanita ANDONOVA, LabSIC, Université Paris 13

Anne-France KOGAN, PREFIcs, Université Rennes 2

*Organizing Committee**: *

Marie-France CHAMBAT- Houillon, CEISME, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle

Matina PEPPA, Panteion University, Athens (Greece)

Yannis SCARPELOS, Panteion University, Athens (Greece)

Ioanna VOVOU, CEISME, Panteion University, Athens (Greece)

*Scientific Committee **:*

BAKOUNAKIS Nicolaos, Panteion University, Athens (Greece)

BALTZIS Alexis, Aristoteleion University of Thessaloniki (Grèce)

BANTIMAROUDIS Philemon, Aegean University (Grèce), Weaton College, Illinois (USA)

BOUILLON Jean-Luc, Préfics, Université Rennes 2 (France)

BOUQUILLION Philippe, LabSic, Université Paris 13 (France)

ConstantopoulouChristiana, Panteion University, Athens (Greece)

D’ALMEIDA Nicole, Université de la Sorbonne, Celsa (France)

DIMITROULIA Titika, Aristoteleion University of Thessaloniki/ENA (Greece)

DURAMPART Michel, I3M, Université de Toulon (France)

FOURMENTRAUX Jean-Paul, EHESS, Université Aix-Marseille (France)

GEORGE Eric, Université du Québec à Montréal (Canada)

GRASSI Carlo, IAUV, University of Venise (Italy)

JeantetAurélie, Laboratoire Travail et Mobilités, Université Paris 3 (France)

JOST François, CEISME, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle (France)

KrastanovaKrassimira, University of Plovdiv (Bulgaria)

KRASTEVA Anna, New Bulgarian Universityof Sofia (Bulgaria)

LEGENDRE Bertrand, LabSic, Université Paris 13 (France)

LEANDROS Nikolaos, Vice-Rector Panteion University, Athens (Greece)

MEIMARIS Michael, Kapodistriakon University of Athens (Greece)

MoeglinPierre, LabSic, Université Paris 13 / Institut Universitaire de France

PAPIN Bernard, CEISME, Université Paris XI (France)

PASCHALIDES Grégoire, Aristoteleion University of Thessaloniki (Grèce)

PETIT Laurent, Gipic, Université Paris-Sorbonne (France)

PLEIOS Georges, Kapodistriakon University of Athens (Greece)

PoirierChristian, Centre Urbanisation Culture Société́, INRS (Canada)

PSILLA Marianna, Panteion University, Athens (Greece)

RAICHVARG Daniel, Cimeos, Université de Bourgogne (France)

RIGOU Myrto, Kapodistriakon University of Athens (Greece)

Savignac Emmanuelle, CERLIS, Université Paris 3 (France)

TremblayGaëtan, Gricis, Université du Québec à Montréal (Canada)

TSAKARESTOU Panayiota, Panteion University, Athens (Greece)

VACHER Béatrice, MICA, Ecole des Mines d’Alès

*Appel à communication*


*Colloque international*

*La contagion créative.
Médias, industries, récits, communautés*


*17-19 octobre 2018
Université Panteion, Athènes (Grèce)*




A l’instar des travaux d’anthropologie cognitive qui considèrent que le cerveau serait prédisposé à accueillir certaines idées plus que d’autres, et faciliter ainsi leur contagion (Sterber, 1996), il semblerait que nos institutions soient bien prédisposées à s’approprier l’idée de créativité. En effet, cette référence créative est devenue depuis la fin des années 1990 l’un des maîtres mots des politiques publiques et des stratégies des entreprises, et ne cesse de se propager. Cependant, ses modalités de mise en œuvre restent souvent confuses et équivoques.

L’objectif principal de ce colloque est d’interroger, dans une perspective critique et internationale, la diffusion de cette rhétorique, les enjeux politiques et les modèles socio-économiques concernés et émergeants dans des domaines /a priori/ distincts : les industries culturelles, les industries créatives, mais aussi dans les autres filières industrielles, les institutions publiques et les associations.

La dynamique de changement induite par l’usage du numérique ainsi que le succès des modèles des industries culturelles sont à l’origine des injonctions à la créativité dans des secteurs productifs hors du champ culturel (Bouquillion, 2010). Ainsi la référence créative, porteuse de multiples promesses s’est infiltrée dans de nombreux univers de travail : au-delà des mondes de l’art, des industries culturelles et créatives, elle est de plus en plus présente aussi dans le champ des médias et des autres secteurs industriels (Régimbeau, 2014). La créativité, associée le plus souvent au monde de la culture, aux œuvres artistiques, au talent et à la virtuosité, n’est donc plus seulement l’apanage des artistes. Des secteurs productifs élargis, nouveaux terrains de prédilection de la créativité, constitueraient alors ces industries des biens symboliques qui deviendraient le modèle à suivre pour innover et accéder à de nouveaux marchés (Bouquillion, Miège, Mœglin, 2013). Cependant, la mise en équivalence entre industries culturelles et industries créatives est artificielle et mérite éclaircissement (Bouquillion, 2012). La créativité et l’innovation sont sollicitées, convoitées, réclamées au sein de contextes, métiers et secteurs d’activités hétéroclites, de la start-up à la grande entreprise industrielle, en passant par l’administration publique, les mondes culturel et associatif. Les injonctions à la créativité recèlent cependant de profondes tensions dans les organisations et induisent des transformations au niveau du travail, de son contenu, de ses formes (Andonova et al. 2014). Dans ce contexte, il s’agit d’éclairer les différentes modalités de la créativité dans un panel élargi d’activités professionnelles issues des industries culturelles et créatives, et d’autres secteurs étudiés en communication organisationnelle. Dès lors, il s’agit d’identifier des questions vives qui se posent par l’omniprésence de la référence créative au travail, sans opposer ses deux univers.

Dans tout travail peut émerger une dimension créative, mais qu’est-ce qu’être créatif dans les mondes de la culture, des arts, des médias (anciens comme nouveaux) et de l’entreprise traditionnelle ? Peut-on définir, caractériser, observer et analyser cette part créative de l’activité ? Celle-ci viendrait-elle contribuer à la /société hypermoderne /et/transesthétique/ (Lipovetsky, Serroy, 2013), dominée par des impératifs d’urgence, de performance et d’esthétisme ? Ou alors, cette contagion créative serait une réponse à la « déconstruction du monde du travail »(Boltanski, Chiapello, 1999) entreprise dès les années 1970 ?

C’est, en effet, ce type de questionnement que notre colloque souhaite éclairer à travers la question de la création et celle de la créativité au travail d’un prisme nouveau, à savoir l’association étroite de ces deux notions à des impératifs contemporains dans différents domaines de la sphère productive.

Une de nos hypothèses étant que la notion de créativité telle qu’elle est employée et pratiquée de nos jours semble offrir une réponse apaisante au citoyen (post) moderne. Elle résout la « double contrainte » pour les individus des sociétés occidentales postmodernes en jouant sur la compatibilité des incompatibles, c’est-à-dire la créativité /malgré /les contraintes, pratiquant des glissements permanents entre les deux. Par ce colloque, nous souhaitons interroger cette hypothèse principale dans des milieux /a priori /différents.

D’autres questions découlent de cette problématique : avec l’arrivée des outils numériques quelles sont les évolutions des formes de créativité au travail ? Quels modèles créatifs s’imposent-ils aujourd’hui? Comment donner (ou conserver) au travail sa dimension créative ? Comment la part créative du travail est-elle évaluée, reconnue et récompensée dans et hors du champ culturel ? Sur quels mécanismes et croyances s’appuient la contagion créative ? Comment le numérique transforme-t-il la dimension créative du travail ? Quelles représentations médiatiques du monde sont-elles générées par le recours à la créativité ?

Cinq axes sont proposés, à titre indicatif, afin d’interroger la problématique du colloque.

*1/ Les discours sur la créativité*

Il s’agit dans cet axe de se pencher sur la (les) rhétorique(s) de la créativité. Le fait de dire la créativité, la nommer, la solliciter, s’accompagne-t-il d’une esthétique particulière, d’une production d’imaginaires ? Parler de contagion créative, c’est faire l’hypothèse de la circulation de cette notion et de ses valeurs dans différents espaces publics. Quels sont les espaces médiatiques où se trouvent ces discours ? Comment sont-ils construits ? Pour qui ? Comment se propagent-ils ? A quels univers ces injonctions à la créativité sont-elles associées ? Par exemple, l’émergence d’une culture créative en période de crise (économique, sociale, politique ou écologique) se présenterait comme une opportunité à se projeter. Qu’en est-il? Mobilise-t-on la créativité de la même manière dans les différents secteurs ? Peut-on comparer le « /Ici pour créer/ » d’Adidas à la créativité mobilisée par Sony pour sa gamme d'objectifs (d’appareil photographique) quand « /Sony met la créativité entre vos main /», ou encore à celle mobilisée par les collectivités territoriales pour promouvoir un « /quartier de la création/ » ?

*2/ Le statut et la figure du « créatif »*

Les aptitudes et compétences créatives (authenticité, originalité, liberté, improvisation, imagination) jusque là réservées aux artistes, sont désormais associées à des professionnels de secteurs d’activités bien différents : communicants, architectes, cadres d’entreprise, chercheurs R&D, journalistes, informaticiens ; etc. La « gestion des talents » en entreprise, technique RH en vogue, rappelle fortement la cotation des talents dans le domaine artistique. D’autre part, les nouvelles modalités d’organisation du travail via des plateformes et applications numériques, en appellent à la mobilisation d’un « usager créatif » : qu’attend-t-on de lui ? Est-il consommateur, client, salarié ou auteur ? Comment l’acte même de consommer, de faire usage des services et/ou produits se revêt-il d’une dimension créative ?

*3/ Mise en scène du travail et marketing créatif*

La création de contenus originaux et interactifs (vidéos, tutoriels, blogs, web-séries, etc.) transforme en profondeur la manière de communiquer des entreprises. En effet, les exigences des consommateurs conduisent à revoir les stratégies de marketing pour se différencier, reconstruire de la confiance, capter l’attention, etc. Qu'il s'agisse de la construction de récits (storytelling), de marque (brand content), et plus récemment du marketing entrant (inbound marketing) (Oliveri et al. 2017). A cet égard, il s’agit de créer/produire des contenus médiatiques qui informent sur les produits et leurs usages dans le but de capter le consommateur.

Tous ces outils marketing sont repris dans les pratiques managériales. Comme on peut le constater dans la « starisation » de plus en plus fréquente de certains salariés (les designers d’Ikéa), et surtout des chefs d’entreprise. Mais aussi l’usage du web social par les organisations apparaît comme une opportunité majeure pour l'établissement de nouvelles formes de liens avec les consommateurs, et conduit à un impératif de valorisation de l'entreprise qui se propage à l'ensemble du personnel (Jammet, 2017). La valorisation et la mise en scène des produits et des organisations font appel à des modalités de créativité qui méritent d’être questionnées dans une perspective critique.

*4/ Pluralité des médiations et créativité*

La diffusion continue du numérique conduit à proposer de nouvelles modalités d’interaction et de supports médiatiques inédits. Les acteurs concernés, ne sont plus les seuls professionnels des médias mais tous ceux dont l’activité consiste à produire, traduire et diffuser des représentations, des savoirs, etc. Si les outils et les formes de ces médiations évoluent et se multiplient, l’activité de médiation suit le même mouvement. Ainsi, la créativité est largement sollicitée pour élaborer de nouvelles façons de capter l’attention, voire de valoriser cette attention (Citton, 2014). Elle est également revendiquée pour concevoir des nouveaux services via les plateformes d’intermédiation par exemple, ou encore, pour mettre en forme toutes les métriques et données produites par les traces laissées sur les espaces numériques (narration des données).

Comment les activités et les métiers évoluent-ils dans le champ médiatique traditionnel ? Au-delà, quels sont ces nouveaux acteurs qui investissent ces activités médiatiques pour exister dans ce nouvel espace public numérique. Que font-ils ? Peut-on confirmer l’hypothèse d’interactions qui deviennent toujours plus complexes entre anciens et nouveaux médias ?

*5/ Créativité, récits et médias *

Le développement graduel d’une culture transmédiatique auprès du public interroge les articulations entre récit factuel, réel, vérité, jeu. Quelles articulations pourrait-on observer et conceptualiser entre narration intermédiale du monde et promesse d’authenticité ? Cependant, le brouillage des frontières entre vérité/fiction/imaginaire (Iser, 1993) a toujours existé. L’injonction à la participation, permettrait-elle plutôt d’effacer les frontières entre producteurs et usagers, au profit d’une vision plus contestée et plus ludique du monde ? Comment sont produits les multiples niveaux de création de sens du /storytelling/ transmédia synergétique (Jenkins, 2006) sur des plateformes médiatiques variées ?

L’ampleur des pratiques intermédiales quotidiennes font que, le monde « tel qu’il est », est inextricablement lié au monde médiatique, ne formant qu’une sphère à plusieurs couches poreuses d’intelligibilité et ceci pour tout genre médiatique : authentique, ludique ou fictif. Quels nouveaux enjeux d’intelligibilité du monde qui nous entoure apparaissent-ils en rapport avec une création narrative employant les technologies numériques ?


*Le colloque international « La contagion créative. Médias, industries, récits, communautés »*s’inscrit dans la continuité des réflexions menées depuis plusieurs années sur la thématique des injonctions à la créativité, dès lors qu’elles ne sont plus réservées aux industries culturelles et créatives, mais contaminent de plus en plus d’autres secteurs traditionnels. Il constitue le quatrième événement scientifique, organisé dans le cadre du réseau international CREA2S « Creative Shift Studies » sur le tournant créatif :, après celui de Montréal (Canada) en 2014, Nantes (France) en 2015 et Varna (Bulgarie) en 2017. L’objectif est de poursuivre le développement de ce réseau international et d’approfondir les questionnements scientifiques précédemment abordés. En outre, il s’agit d’interroger la « contagion créative » en considérant plus particulièrement l’analyse de la référence créative des activités médiatiques etle contexte de crise (économique, politique, sociale, écologique) auquel sont plus particulièrement confrontés les pays européens actuellement.

      Soumission d’une proposition :

Toute proposition de communication devra être envoyée *au plus tard* *le 7 mai 2018*, aux adresses suivantes : (vovou /at/ <mailto:(vovou /at/>et (anne-france.kogan /at/ <mailto:(anne-france.kogan /at/>


L’objet du courriel sera intitulé : « */Proposition colloque Athènes 2018 /*»

Les propositions de communication feront l’objet d’une évaluation en « double aveugle » par les membres du comité scientifique. Elles devront être rédigées */en français /*ou*/en anglais/* et comporteront les éléments suivants :

*Première page :*

·titre de la communication

·résumé (15 lignes maximum) en format Times New Roman, caractère 12, interligne simple

·5 mots-clés

·nom et prénom du/des auteur(s), institution de rattachement, numéro de téléphone, courrier électronique


*Pages suivantes (anonymes) :*

·le texte de la proposition (hors bibliographie) doit comporter entre 6000 et 8000 signes, espaces compris, en Times New Roman, caractère 12, interligne simple. Y seront clairement exposés : le sujet de la proposition et son adéquation avec la thématique du colloque, la problématique, les cadres théorique et méthodologique, le terrain et les principaux résultats de l’analyse

·une bibliographie

      Calendrier :

Date limite de réception des propositions de communication


7 mai 2018

Décision du comité scientifique et retour aux auteurs


22 juin 2018

Programme définitif du colloque


Septembre 2018

Tenue du colloque


17-19 octobre 2018


      Responsables scientifiques :

Ioanna VOVOU, CEISME, Université Panteion, Athènes

Yanita ANDONOVA, LabSIC, Université Paris 13

Anne-France KOGAN, PREFIcs, Université Rennes 2

      Comité d’organisation :

Marie-France CHAMBAT- Houillon, CEISME, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle

Matina PEPPA, Université Panteion, Athènes (Grèce)

Yannis SCARPELOS, Université Panteion (Grèce)

Ioanna VOVOU, CEISME, Université Panteion, Athènes (Grèce)

      Membres pressentis du Comité scientifique :

BAKOUNAKIS Nicolaos, Université Panteion (Grèce)

BALTZIS Alexis, Université Aristoteleion de Thessaloniki (Grèce)

BANTIMAROUDIS Philemon, Université d’Egée (Grèce), Weaton College, Illinois (USA)

BOUILLON Jean-Luc, Préfics, Université Rennes 2

BOUQUILLION Philippe, LabSic, Université Paris 13

ConstantopoulouChristiana, Université Panteion (Grèce)

D’ALMEIDA Nicole, Université de la Sorbonne, Celsa

DIMITROULIA Titika, Université Aristote de Thessalonique/ENA (Grèce)

DURAMPART Michel, I3M, Université de Toulon

FOURMENTRAUX Jean-Paul, EHESS, Université Aix-Marseille

GEORGE Eric, Université du Québec à Montréal (Canada)

GRASSI Carlo, IAUV, Université de Venise (Italie)

JeantetAurélie, Laboratoire Travail et Mobilités, Université Paris 3

JOST François, CEISME, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle

KrastanovaKrassimira, Université de Plovdiv (Bulgarie)

KRASTEVA Anna, Nouvelle Université Bulgare de Sofia (Bulgarie)

LEANDROS Nikolaos, Vice -Président Université Panteion d’Athènes (Grèce)

LEGENDRE Bertrand, LabSic, Universités Paris 13

MEIMARIS Michael, Univetsité Kapodistriakon d’Athènes (Grèce)

MoeglinPierre, LabSic, Université Paris 13 / Institut Universitaire de France

PAPIN Bernard, CEISME, Université Paris XI

PASCHALIDES Grégoire, Université Aristoteleion de Thessaloniki (Grèce)

PETIT Laurent, Gipic, Université Paris-Sorbonne

PLEIOS Georges, Université Kapodistriakon d’Athènes (Grèce)

PoirierChristian, Centre Urbanisation Culture Société́, INRS (Canada)

PSILLA Marianna, Université Panteion (Grèce)

RAICHVARG Daniel, Cimeos, Université de Bourgogne

Rigou Myrto, Université Kapodistriakon d’Athènes (Grèce)

Savignac Emmanuelle, CERLIS, Université Paris 3

TremblayGaëtan, Gricis, Université du Québec à Montréal (Canada)

TSAKARESTOU Panayiota, Université Panteion (Grèce)

VACHER Béatrice, MICA, Ecole des Mines d’Alès

This mailing list is a free service offered by Nico Carpentier. Please
use it responsibly and wisely.
To subscribe or unsubscribe, please visit
Before sending a posting request, please always read the guidelines at
To contact the mailing list manager:
Email: (nico.carpentier /at/

[Previous message][Next message][Back to index]