Archive for 2018

[Previous message][Next message][Back to index]

[ecrea] cfp: Synoptique 7.3 "Becoming Environmental: Media, Logistics, and Ecological Change"

Tue Mar 06 09:22:45 GMT 2018

French version to follow. New deadline for submission is*April 30, 2018*.

*Call for Submissions: “Becoming Environmental: Media, Logistics, and Ecological Change”* Special Issue of /Synoptique: An Online Journal of Film and Moving Image Studies/
/Synoptique/is inviting submissions for an upcoming special issue entitled “Becoming Environmental: Media, Logistics, and Ecological Change.” The focus of this issue will be on the increasing entanglements of global economies of extraction and the circulation of media. The title of this issue is inspired by Jennifer Gabrys’ “becoming environmental” of sensory technologies (2016), where computational media becomes constitutive to the very environment, and subject formation within it, rather than simply operating in the environment as a backdrop. We propose to expand this imperative to the distinctive ways media—from computation, infrastructures, screens, technologies of circulation, and different modes of visualization—become environmental, remaining attentive to how these emerging human/nonhuman relations are constantly reconfigured, if not naturalized, via the state, global market, or other ideological projects.

The call for papers, and the impetus behind this special issue, navigates through three primary threads. First, we propose a reconsideration of “ecocriticism.” Ecocritical scholarship argues that film and media has always been environmental, in the sense that they articulate “the human-nature relation and its mediation through technologies" (Cubitt, 2014). However, the ways in which media becomes environmental exceeds a focus on modes of representation  about  climate change, but extends to the lived environments through which media circulates, and the ecological footprints they generate. Moving from this critical impetus, we are following Nicole Starosielski’s call to extend “the environment to encompass the social, architectural, and natural ecologies” (21) through which information circulates and infrastructure surfaces. As these environments come to be saturated with media and information in material and immaterial registers, we must critically reevaluate categories that continue to place a premium on a so-called “natural” environment.

The second thread echoes a continuous effort to foreground the unimagined and disposable populations in growing discourses around climate change and environmental justice across the global South (Camargo and Ojeda 2017). Rob Nixon's (2011) provocation of the slow violence of environmentalism offers a crucial environmental model of economies of abandonment (Povinelli 2011), which centers on issues of resource access that are unevenly regulated by official institutions as well as activist groups and communities. This issue follows his incentives to address the wide spectrum of everyday violence and disappearance emerging globally, yet also hopes to re-emphasize the importance of uneven distribution of visual fields and modes of visualization to discussions of natural environments. These unevenly distributed “visual rights” (Hochberg 2015) are “rooted in the historical and geopolitical conditions” of the global economy and hold a complex relationship to violence, power, and spatial governance of everyday life.

Finally, dovetailing from the previous two threads, we want to bring the various meanings and uses of the term “extraction” into view. This issue hopes to mobilize the notion of extraction through both economic and elemental realms. Sandro Mezzadra and Brett Neilson (2013) posit the importance of the intersection of extraction, logistics, and finance in the global economy. The logics of extraction are embedded within the destructive, flexible, and productive fluctuation of financial markets which determine the speed, contours, and functioning of global logistical movement. The production of extractive frontiers, as scholars such as Jody Berland, Anna Tsing, and Macarena Gómez-Barris have noted, involves a shaping of cognitive, cultural, cartographic, and temporal experiences. However, these physical and epistemological infrastructures are nonetheless constantly frustrated by dynamic ecologies of weather, climate, media, labor, politics, and other elemental factors. Logistics is a method for managing these disruptions, and the realities of extraction mean that this disruption is integral to the continued functioning of the global economy. How is extractable value produced in material and immaterial fabrications of a smooth planet? How do images and data capture, mapping, and control of environments in the context of late capitalism align with industrial imperatives to extract and manage natural resources? How might the study of global circuits of people, goods, and information through what we may call a "logistical turn" proffer sustainable and oppositional alternatives to the capitalist acceleration of catastrophes?

We are inviting submissions from scholars of all disciplines taking a critical approach to the intersections between these various fields of study.

Topics can include, but are not limited to:

-Conceptualizing environmental media
-Climate change and (digital) media infrastructure
-Geopolitics, the War on Terror, and imperial climate discourses -Speculation on catastrophe
-Media ecologies
-Oceanic/Atmospheric approaches to global circulation
-Resource extraction
-Economies of waste
-Planetary futures
-Ruralisms and urbanisms
-Post-humanism and cross-species approaches
-Queering media and the environment
-Anthropocene or Capitalocene
-Marxism and the transformation of the environment
-Confronting Nature/Society divides and categories of liberal humanism (rights, sovereignty, justice)
-Infrastructural access and the “right to the city”

Essays submitted for peer review should be approximately*5,500-7,500 words*and must conform to the Chicago author-date style (17th ed.). All images must be accompanied by photo credits and captions.

We also warmly invite submissions to the review section, including conference or exhibition reports, book reviews, film festival reports, and interviews related to the aforementioned topics. All non-peer review articles should be a maximum of*2,500 words*and include a bibliography following Chicago author-date style (17th ed.).
All submissions may be written in either French or English.

Please submit completed essays or reports to the issue guest editors, Patrick Brodie ((patbrodie337 /at/ <mailto:(patbrodie337 /at/>), Lisa Han ((lisahan /at/ <mailto:(lisahan /at/>), and Weixian Pan ((hannahpan622 /at/ <mailto:(hannahpan622 /at/>) by*April 30, 2018*. We will send notifications of acceptance by*May 31, 2018*.


*Appel à contributions, numéro spécial : « Devenir environnemental : médias, logistique, et changement écologique. »*

/Synoptique/appelle à des contributions pour son prochain numéro spécial, intitulé «Devenir environnemental: médias, logistique, et changement écologique.» Ce numéro sera centré sur l’enchevêtrement croissant des économies mondiales d’extraction et de la circulation des médias. Le titre de ce numéro s’inspire de l’expression de Jennifer Gabrys (2016), qui décrit la façon dont les médias informatiques deviennent constitutifs de l’environnement lui-même, ainsi que de la formation des sujets qui l’habitent, plutôt que d’opérer avec cet environnement en toile de fond. Nous proposons d’étendre cet impératif aux façons distinctes (de l’informatique aux infrastructures, écrans, technologies de circulation, et différents modes de visualisation) dont les médias deviennent environnementaux, tout en restant attentifs à la façon dont ces relations émergentes entre humain et non-humain sont constamment reconfigurées, sinon naturalisées, par l’État, le marché mondial, et d’autres projets idéologiques.

Cet appel à contributions, et l’intention de ce numéro spécial, sont traversés par trois fils conducteurs. Tout d’abord, nous proposons une reconsidération de «l’écocritique.» D’après le courant écocritique, le cinéma et les médias ont toujours été environnementaux, car ils articulent « la relation entre l’homme et la nature et ses médiations par les technologies » (Cubitt, 2014). Cependant, afin de comprendre comment les médias deviennent environnementaux, nous devons aller au-delà d’une discussion des modes de représentations du changement climatique, et nous intéresser de façon plus large à l’environnement habité dans lequel les médias circulent, et aux empreintes écologiques qu’ils génèrent. Partant de là, nous suivons l’invitation de Nicole Starosielski à étendre « l’environnement afin d’inclure le social, l’architectural, et les écologies naturelles» (21) à travers lesquelles les informations circulent et les infrastructures font surface. A l’heure où ces environnements sont saturés par médias et informations de façon matérielle et immatérielle, nous nous devons de réévaluer ces catégories qui continuent à accorder une importance primordiale à un environnement prétendument « naturel. »

Le second fil conducteur fait écho à un effort continu de replacer les populations négligées au premier plan de discours concernant le changement climatique et la justice environnementale dans les pays du Sud (Camargo et Ojeda 2017). La thèse provocatrice de Rob Nixon (2011) sur la violence lente du mouvement écologiste offre un modèle environnemental crucial d’une économie d’abandon (Povinelli 2011), centré sur des questions d’accès aux ressources régulés de manière inégale par les institutions officielles, les groupes activistes et les communautés. Ce numéro propose de suivre son incitation à traiter du large spectre de violence quotidienne et de disparition qui émergent mondialement, et tente de ré-insister sur l’importance de la distribution inégale des champs visuels et des modes de visualisation dans une discussion des environnements naturels. Ces « droits visuels » distribués de façon inégale (Hochberg 2015) sont « ancré dans des conditions historiques et géopolitiques » de l’économie mondiale, et ont une relation complexe avec la violence, le pouvoir, et la gouvernance spatiale de la vie quotidienne.

Enfin, en complément des deux thèmes précédemment évoqués, nous souhaitons mettre en lumière les sens multiples du terme « extraction. » Ce numéro espère mobiliser cette notion d’extraction dans les domaines à la fois économique et des matières premières. Sandro Mezzadra et Brett Neilson (2013) postulent l’importance de l’intersection de l’extraction, de la logistique et de la finance dans l’économie mondiale. Les logiques de l’extraction sont intégrées dans les fluctuations destructrices, flexibles, et productrices des marchés financiers, qui déterminent la vitesse, les contours, et le fonctionnement des mouvements logistiques mondiaux. La production de frontières d’extraction, comme l’ont noté Jody Berland, Anna Tsing, et Macarena Gómez-Barris, implique un façonnage des expériences cognitives, culturelles, cartographiques, et temporelles. Cependant, ces infrastructures physiques et épistémologiques sont constamment mises à mal par les écologies dynamiques du temps météorologique, du climat, des médias, du travail, de la politique, et d’autres facteurs relatifs aux éléments. La logistique est une méthode qui permet de gérer ces perturbations, et la réalité des extractions veut que ces perturbations soient une partie intégrante du fonctionnement de l’économie mondiale. Comment la valeur extractive est-elle produite dans la fabrication matérielle et immatérielle d’une planète lisse ? Comment les images, la saisie de données, la cartographie, et le contrôle des environnements s’alignent-ils sur les impératifs industriels dans le contexte du capitalisme tardif, afin d’extraire et de gérer les ressources naturelles ? Comment l’étude des circuits mondiaux de population, de biens, et d’informations à travers ce que l’on peut appeler le « tournant logistique » offre-t-elle une alternative durable et oppositionnelle à l’accélération capitalistes des catastrophes ?

Les contributions attendues peuvent relever de toutes les disciplines dès lors qu’elles proposent une approche critique de l’intersection de ces différents champs d’études.

Les sujets peuvent explorer, entre autres, les pistes suivantes :

- Conceptualiser les médias environnementaux
- Le changement climatique et les infrastructures des médias (numériques)
- Géopolitique, guerre contre le terrorisme, et discours impériaux sur le climat
- Les spéculations sur les catastrophes
- Ecologies des médias
- Approches océaniques/atmosphériques de la circulation mondiale
- Extraction des ressources primaires
- Economies du gaspillage
- Futurs planétaires
- Ruralités et urbanités
- Post-humanisme et approches intra-espèces
- Queerification  des médias et de l’environnement
- Anthropocène ou Capitalocène
- Le marxisme et la transformation de l’environnement
- Confronter la division nature/société et les catégories de l’humanisme libéral (droits, souveraineté, justice)
- Accès aux infrastructures et « droit à la ville »

Les soumissions pour la section avec comité de lecture doivent faire entre*5500 et 7500 mots*et suivre les directives du  Chicago Manual of Style  (17 ème édition). Les images doivent être accompagnées d'une légende et des crédits photographiques.

Nous accueillons également chaudement critiques et comptes rendus de livres, conférences, festivals et expositions, et entrevues liées aux thèmes susdits. Les articles sans comité de lecture doivent faire au maximum*2500 mots*, et inclure une bibliographie suivant les directives du  Chicago Manual of Style (17 ème  édition).

Les contributions rédigées en français et en anglais sont acceptées.

Les articles et essais doivent être soumis par email aux rédacteurs invités, Patrick Brodie ((patbrodie337 /at/ <mailto:(patbrodie337 /at/>), Lisa Han ((lisahan /at/ <mailto:(lisahan /at/>), et Weixian Pan ((hannahpan622 /at/ <mailto:(hannahpan622 /at/>), avant le*30 avril 2018*. Nous vous informerons de notre décision avant le*31 mai 2018*.

This mailing list is a free service offered by Nico Carpentier. Please
use it responsibly and wisely.
To subscribe or unsubscribe, please visit
Before sending a posting request, please always read the guidelines at
To contact the mailing list manager:
Email: (nico.carpentier /at/

[Previous message][Next message][Back to index]